L’histoire des 3 Adolf, Osamu Tezuka, Éditions Delcourt
Jérôme Noirez
Publiée aux éditions Delcourt dans une version luxueuse, L’Histoire des 3 Adolf est un gekiga ou drame qui nous plonge à l’époque du troisième Reich à la rencontre de trois personnages prénommés Adolf à la recherche de documents compromettants à l’origine d’un meurtre, celui d’Isao Tengué, étudiant japonais résidant en Allemagne. Le mangaka Osamu Tezuka nous conte à travers le journaliste Sohei Togué, frère de la victime, les investigations qui démêleront les fils de ce récit.

Infos pratiques

L’histoire des 3 Adolf

Osamu Tezuka

Osamu Tezuka

Delcourt/Tonkam

Delcourt/Tonkam Seinen

Réédition

Juin 2018

Tomes 2/2

Tome 1 : 616 pages
Tome 2 : 736 pages

15×21 – Noir et Blanc

978 2 413 00505 6

29,99 euros chaque tome

© Delcourt/Tonkam, 2018 – ADOLF NI TSUGU © 2018 by TEZUKA PRODUCTIONS

L’histoire des 3 Adolf

Osamu Tezuka

Éditions Delcourt

Chronique réalisée par Lionel Gibert
L’histoire des 3 Adolf, Osamu Tezuka, Éditions Delcourt

Drame historique

Le Japon et l’Allemagne / La Seconde Guerre mondiale.

Gekiga

NOTRE ÉVALUATION

Dessin
Personnages
Histoire
Vidéos L’histoire des 3 Adolf
liens Internet

HISTOIRE

1936. Pendant les Jeux olympiques à Berlin, le journaliste Sohei Togué qui couvre l’événement reçoit un appel pressant de son frère, Isao, lequel souhaite le rencontrer le plus rapidement possible. Ce dernier détient une information de la plus haute importance. Arrivé en retard au rendez-vous, Sohei découvre l’appartement dévasté et des signes de luttes qui laissent présager des événements funestes. Paniqué, il retrouve le cadavre de son frère projeté dans un arbre à l’extérieur de l’appartement. Les coups de couteau sur son corps et le sang sur sa chemise ne laissent aucun doute : Isao a été assassiné. Détail troublant : des particules de plâtre présentes sous ses ongles.

Alertés par les voisins, des policiers allemands interviennent. Le cadavre est emmené et des pièces à conviction sont prélevées dans l’appartement. Peu coopératifs et guère prolixes, ces policiers s’éclipsent de la scène de crime. Sous le choc, Sohei les rejoint au commissariat du district Ouest. Le cadavre de son frère n’est pas là et les enquêteurs non plus. Furieux, il se rend au commissariat du district Est où personne ne semble au courant de cette affaire. Le corps disparu, il se rend à l’immeuble où habitait son frère dans l’espoir d’obtenir des réponses. À sa grande surprise, aucun résident ne connaît Isao. Pire encore, son appartement est maintenant occupé par monsieur Kurz et sa famille depuis cinq ans, semble-t-il. Toute trace de son existence a été effacée. Le mystère s’épaissit…

À l’ambassade du Japon, les autorités se désintéressent de ce meurtre. Sohei démarre alors sa propre enquête. Il dispose d’un seul indice : les lettres RW griffonnées sur un morceau de papier par son frère, juste avant sa mort. Ses initiales sont celles de Rita Weber, une jeune femme que fréquentait Isao. Il découvre également que la police nazie, sous le commandement d’Adolf Hitler, est impliquée dans l’assassinat de son frère. À Kobama, au Japon, une jeune geisha du nom de Kumiko est retrouvée morte dans la forêt, du plâtre sous ses ongles. À Kobe, nous rencontrons deux jeunes enfants, Adolf Kamil et Adolf Kaufmann.

Quels liens unissent ces trois personnages prénommés Adolf et Isao Tengué ? Quel rapport avec le meurtre de cette jeune geisha ? Quelle information capitale détenait le frère de Sohei ? Pourquoi chercher à effacer toute trace du passage d’Isao Tengué ? Et qui se cache finalement derrière ce complot ?

Slide 1 à 6
L’Histoire des 3 Adolf – Tome 1 – Osamu Tezuka
© Delcourt/Tonkam, 2018 – ADOLF NI TSUGU © 2018 by TEZUKA PRODUCTIONS
Slide 7 à 10
L’Histoire des 3 Adolf – Tome 2 – Osamu Tezuka
© Delcourt/Tonkam, 2018 – ADOLF NI TSUGU © 2018 by TEZUKA PRODUCTIONS

Lecture

Les mangas puisent leur origine dans les peintures narratives japonaises de l’époque Nara. Ils sont ancrés dans la culture japonaise, plus fortement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale grâce au travail d’Osamu Tezuka qui révolutionna le genre. Ce dernier introduit du mouvement dans ses planches par des effets graphiques comme des lignes de vitesse et des onomatopées qui soulignent les scènes d’action, mais aussi par l’alternance des plans. Pour les personnages, l’expression des émotions est exagérée et les traits simplifiés. Le dessin peut être poussé jusqu’à la caricature comme en témoignent des yeux globuleux, des visages ronds et une disproportion de la tête par rapport au reste du corps. Enfin, il choisit le noir et blanc en place de la couleur, rompant ainsi avec une tradition théâtrale de la représentation du manga pour laquelle les personnages statiques étaient représentés en pied, à égale distance, au centre de l’image et en couleurs. Tous ces codes graphiques seront repris après Osamu Tezuka pour forger aujourd’hui l’identité du manga.

L’Histoire des 3 Adolf a d’abord été publiée dans le magazine Shûban Bunshun entre janvier 1983 et mai 1985. Ce récit long et ambitieux alterne entre enquête policière et espionnage dans un monde en guerre. Osamu Tezuka imagine l’histoire d’un journaliste japonais entre 1936 et 1946 prêt à tout pour venger la mort de son frère et renverser le IIIe Reich. Cette course-poursuite haletante, qui se termine en Israël, est surtout un prétexte pour évoquer des thèmes adultes : l’antisémitisme, la guerre, l’amitié, l’amour et l’identité japonaise. Ainsi, Adolf Kaufmann et Adolf Kamil, amis d’enfance, verront leur amitié brisée par l’antisémitisme et une rivalité amoureuse, étant tous deux épris d’Elisa, une jeune femme juive ayant réussi à immigrer au Japon pour échapper aux camps de concentration. Précurseur, Tezuka a amené le manga d’un lectorat jeune vers un lectorat adulte en passant des thèmes de la science-fiction (robots, martiens) à des thèmes considérés comme plus adultes.

À la lecture, nous sommes d’emblée frappés par le découpage atypique des planches. Dans le deuxième volume, à la page 596, Sohei Togué est dans l’urgence. Pour sauver sa femme Yukié, veuve de M Kaufmann, il doit se rendre à Osaka, pour demander l’aide du colonel Honda. Il vole un vélo et tente de franchir un barrage de sécurité. Cette planche présente des bords horizontaux longs et fuyants qui guident les yeux du lecteur vers un point de fuite imaginaire à l’inverse du sens de lecture imposé. Ce découpage des bandes dynamise la séquence, surtout le vol du vélo par Sohei. De nombreuses lignes de vitesse accompagnent par ailleurs le mouvement. Les plans cinématographiques sont légion et caractérisent l’œuvre de Tezuka : plans moyens, plans d’ensemble et plans rapprochés alternent constamment. Une lecture quasi filmique. En témoignent de nombreuses séquences renforçant cette impression que les personnages sont des acteurs dirigés par l’œil averti du metteur en scène Tezuka.

Concernant les émotions, la détresse et l’empressement de Sohei nous sont transmis dans l’expression exagérée de sa bouche lorsqu’il s’adresse au militaire, par l’emploi du phylactère qui l’accompagne : une bulle hérissée. Cette conception graphique particulière aux œuvres de Tezuka est utilisée à d’autres fins. Dans le premier volume, à la page 40, Sohei reçoit un étrange appel téléphonique d’un couple de fermiers ayant des informations sur la mort de son frère, moyennant finance bien sûr. Nous suivons en gros plan le dialogue entre les protagonistes. Cette conversation est retranscrite dans une série de cases irrégulières qui s’imbriquent en une mosaïque. Ici, pas de mouvement apparent, l’intention de l’auteur étant de nous focaliser sur un événement important, à savoir la découverte du corps d’Isao. Ce découpage renforce l’intensité émotionnelle de la scène. Tout ce travail rend le manga captivant. Nous sommes tenus en haleine, d’autant plus qu’à la fin de chaque chapitre, Tezuka achève sa planche par une interrogation, laquelle trouve son dénouement au début du chapitre suivant.

L’Histoire des 3 Adolf constitue une œuvre sérieuse et réaliste, grâce à un scénario habilement mené, intégrant des éléments fictifs comme notamment l’introduction de documents secrets, renforçant de la sorte le caractère plausible de l’histoire. L’évocation de plusieurs destins croisés est remarquablement mise en scène par l’auteur. La maîtrise de ces rajouts fictifs donne indéniablement de la consistance à l’histoire. Certains rebondissements peuvent s’avérer facultatifs, mais offrent néanmoins un dynamisme à cette intrigue. En outre, le scénario respecte également la chronologie des événements de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, montée du nazisme, méthodes d’embrigadement des jeunes Allemands et extermination des Juifs sont-elles retranscrites avec précision et véracité. On peut également insister sur l’évolution du dessin de l’auteur. Le graphisme rond, presque « disneyen » évolue vers une dimension plus réaliste, transcendant ce récit dramatique. Tezuka adopte ici un trait réaliste en rapport avec les thèmes développés dans son histoire. L’ovale du visage, la forme du nez, de la bouche et des yeux ainsi que la proportion des corps sont respectés. Cependant, son style clair et dynamique demeure lisible grâce à une économie du trait. Le choix du noir et blanc permet d’aller à l’essentiel, savoir nous transmettre une palette d’émotions à travers l’histoire pour nous divertir tout en abordant la gravité de certaines thématiques. Sans aucun doute Tezuka — lequel a vécu les événements tragiques de la guerre — en est-il ressorti profondément marqué, comme beaucoup de ces contemporains. Àtravers cette histoire émouvante, il saisit l’occasion de délivrer un message foncièrement pacifique et humaniste.

Rééditée par les éditions Delcourt/Tonkam, cette Histoire des 3 Adolf est juste indispensable pour découvrir tant les mangas en général que l’œuvre de Tezuka en particulier. Cette édition luxueuse a été réalisée pour le 90e anniversaire d’Osamu Tezuka et s’avère de toute beauté. Elle est augmentée par une riche et intéressante présentation de l’auteur, du récit et de son contexte historique, sous les plumes bienveillantes de Didier Pasamonik et Kôsei Ono. Quelques extraits d’interviews d’Osamu Tezuka viennent parachever ce superbe travail éditorial.

Vidéos

Chronique de L’Histoire des 3 Adolf. Manga-News.

Osamu Tezuka : Le Dieu du Manga. Total Japon.

Sites internet

By |2018-08-29T16:10:15+00:0029 août 2018|Categories: BD, Gekiga|Tags: , , , , , , |Commentaires fermés sur L’histoire des 3 Adolf, Osamu Tezuka, Éditions Delcourt
lefictionaute est un site consacré aux territoires de l’imaginaire. Il a pour objectif de mettre en avant les productions associées à la science-fiction, au fantastique et à la fantasy, sans omettre naturellement les riches domaines flirtant avec les limites du genre. Il vise à offrir aux internautes un appareil critique le plus généreux possible sur les principaux supports du genre. Notre ambition est d’offrir aux différents acteurs — auteurs comme éditeurs — la meilleure visibilité possible de leur travail et aux internautes la meilleure porte d’accès à la richesse de ces travaux.

© Copyright – | Responsable du site Franck BRÉNUGAT
Création Graphique Philippe ARZUR | Tous Droits Réservés | Contact : brenugat@mac.com