La Reine en jaune, Anders Fager, Mirobole Éditions
Jérôme Noirez
Après nous avoir régalés de bonheur en nous mettant le trouillomètre proche du zéro avec Les Furies de Borås d’Anders Faber, les Éditions Mirobole récidivent avec La Reine en jaune du même auteur. Ce dernier poursuit sur le même registre horrifique en nous laissant entrevoir quelques vérités indicibles que ne saurait renier le maître de Providence, participant ainsi, sous une écriture acérée et résolument moderne, et pour notre plus grand bonheur, à la matière lovecraftienne.
Les Furies de Borås, Anders Fager, Éditions Mirobole

Retrouvez la chronique

Les Furies de Borås

Retrouvez
la rencontre avec

ANDERS FAGER

Infos pratiques

La Reine en jaune et autres contes horrifiques

Samlade svenska kulter

Anders Fager

Suède

Carine Bruy

iampuay, Noppanisa Chantawongvilai

Chloé Madeleine

Mirobole Éditions

Horizons pourpres

Inédit

Janvier 2017

320 pages

Moyen Format

22,00 euros

978-2-37561-052-7

© Éditions Mirobole Éditions, 2017 – © Anders Fager, 2011 – © Photos : iampuay, Noppanisa Chantawongvilai

La Reine en jaune

Anders Fager

Éditions Mirobole

Chronique réalisée par Frank Brénugat
Les Furies de Borås, Anders Fager, Éditions Mirobole

Nouvelles horrifiques

Suède contemporaine

Fantastique lovecraftien

NOTRE ÉVALUATION

Histoire
Écriture
Personnages
Vidéos La Reine en jaune
liens Internet

HISTOIRE

Dans une Suède contemporaine, la première nouvelle, intitulée Le Chef-d’œuvre de mademoiselle Witt met en scène My Witt, artiste et galeriste manifestement très hype de la capitale, laquelle s’amuse aussi vite qu’elle se lasse de ses performances artistiques, aussi hardcore soient-elles. Se mettant en scène avec un sens de la provocation que rien ne saurait ébranler, elle donne à voir d’elle-même dans ses compositions pornographiques un spectacle des plus décadents et des plus transgressifs. Elle cultive une esthétique pornographique où la beauté le disputerait à l’indécence la plus vulgaire, devant un parterre de spectateurs tantôt acquis tantôt révolté face à autant de perversion et de débauche. Jusqu’au jour où une inconnue lui propose une performance d’une tout autre nature, devant sublimer l’ensemble de sa carrière…

Un commando militaire se voit confier une mission pour le moins « habituelle » : l’élimination d’un groupe d’individus dont le commanditaire s’est bien gardé d’annoncer la nature. Ce qui est plus inhabituel en revanche, c’est bien le pédigrée même des assiégés. Engagés dans une mission secrète et manifestement des plus dangereuses, voilà nos éradicateurs professionnels confrontés dans Quand la mort vient à Bodskär à un adversaire des plus inattendus, lointains cousins des tristes et poisseux habitants du Cauchemar d’Innsmouth de Lovecraft. Devant la nature si