Rencontre avec Pierre Christin
Previous
ALEATOIRE
Amityville 3D, Richard Fleischer
Next
Sallambô - Les Nus - Druillet - Nu planche 27
Illustrateurs

Salammbô – Les Nus • Philippe Druillet

par Frank Brénugat16 juillet 2015
Salammbô – Les Nus / Philippe Druillet
Textes de Gustave Flaubert
L’Auteur
Philippe Druillet

Philippe Druillet

Tout jeune déjà, à l’âge de 14 ans, Druillet découvre les univers de l’imaginaire par sa fréquentation des textes lovecraftiens. À la suite de son certificat d’études, il devient photographe et croise deux ou trois années plus tard le chemin du dessinateur, illustrateur et critique de cinéma Jean Boullet, lequel l’initie aux joies du dessin et de l’esthétisme. Fortement influencé par Le Matin des magiciens de Louis Pauwels et Jacques Bergier, il se lance corps et âme dans le dessin. Son premier ouvrage, mettant en scène son héros récurrent Lone Sloane, Le Mystère des abîmes, paraît en 1966. Il poursuit sa carrière chez OPTA où il réalise couvertures et illustrations, avant d’entrer en 1969 dans le journal Pilote. En 1974, il quitte ce dernier et fonde avec Jean Giraud et Jean-Pierre Dionnet le magazine Métal Hurlant et la maison d’édition Les Humanoïdes Associés. Parmi ses œuvres les plus significatives, il conviendra de signaler Elric le nécromancien, d’après l’œuvre de Michael Moorcock, La Nuit, album sombre et anarchiste, la trilogie Salammbô, inspirée par le roman éponyme de Gustave Flaubert et naturellement la dizaine d’albums mettant en scène Lone Sloane ou encore Métal esquisses. Indépendamment de cette dimension bédéiste et illustrative, Druillet s’est également attaché à l’opéra rock, la peinture, la sculpture, l’architecture ou encore l’infographie. Il n’en fallait pas moins pour une telle nature ! Véritable autodidacte, ayant fait ses humanités en traînant ses guêtres d’un musée à l’autre, Druillet donne à voir une œuvre tourmentée, excessive, inventive, colorée, incisive voire belliciste, à l’image du bonhomme assurément. Au regard de son œuvre protéiforme, il s’avère manifeste que les Muses semblent avoir été plus que prodigues à l’encontre du sieur. Grand bien lui fasse !

SalammbôLes Nus – © Éditions Glénat 2010 – © Philippe Druillet 2009

L’Œuvre

Salammbô – Les Nus / Philippe DruilletIl est facile de retrouver dans Salammbô l’univers de prédilection de son auteur que sont les figures ésotériques du symbolisme religieux propres aux sociétés initiatiques traditionnelles. Ainsi les figures géométriques que sont les cercles, triangles, carrés et autres polygones se retrouvent littéralement sublimées. On déclare volontiers que Gustave Doré fut son maître à dessiner, que Gustave Moreau son maître à peindre et que le Gustave version Flaubert son maître à écrire. Une Sainte Trinité qui offrit à l’élève la possibilité de s’ériger en authentique démiurge. Et Les Nus de Salammbô trahissent magistralement cette démiurgie. La quarantaine de portraits de femmes, « objets de ses fantasmes, miroirs de ses blessures » pour reprendre la préface signée Michel-Édouard Leclerc, aux Éditions Glénat, sont l’incarnation de Déesses sublimes aux parures rouge et or. Elles donnent à voir des corps et des visages tout de bleu, le bleu de l’immensité, vertige océanique au sein duquel l’âme humaine aime à se perdre. Elles ont le port altier, le regard primal, les traits aquilins et la poitrine démesurément généreuse. Cette dernière se dresse, s’érige dans d’infinies postures provocantes, tels des phallus dont il faudrait voler la primauté. Ces déesses nous font immanquablement penser aux Vénus de l’art pariétal, hymne symbolique à la fertilité, à la puissance génitrice évocatrice. Puissance et générosité se conjuguent ainsi pour faire jaillir de ces femmes tout l’Éros fantasmé par notre condition de simple mortel. Mais prenons garde ! Il ne s’agit nullement ici d’un Éros qui renverrait à notre condition charnelle et éphémère, humaine, trop humaine. Cet érotisme nous invite au contraire à porter notre regard par-delà les cieux dans l’espoir ténu d’apercevoir une figure tutélaire divine, archétype immuable et éternel de la beauté faite femme. En ce sens, au travers du prisme poétique de Flaubert, combiné au trait puissant de Druillet, Salammbô nous entrouvre les portes de l’éternité.

Sites internet

Sites Éditeurs
• Salammbô – Les Nus
• Salammbô – Les Nus – Portfolio
• Éditions Glénat

Sites Philippe Druillet
• Site Officiel Philippe Druillet
• Wikipedia Philippe Druillet

Illustrateurs
Votre avis sur la critique
Énooorme !
57%
Bonnard
43%
Gentillet
0%
Fadasse
0%
Affligeant !
0%
ARZUR FREELANCE
Frank Brénugat
Diplômé d’un Master en philosophie, Frank Brénugat a été enseignant en Formation Humaine et Sociale dans les écoles ENSETA Bretagne (École Nationale Supérieure de Techniques Avancées) et ISEN Brest (Institut Supérieur de l’Électronique et du Numérique). Il enseigne actuellement la philosophie dans l’établissement brestois du groupe scolaire Javouhey. Ancien Directeur de la rédaction du magazineParallèles, il se passionne pour les contrées associées aux domaines de l’imaginaire et voue un amour sans bornes à l’égard des voyages.
Commentaire(s)
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

ARZUR création web et print www.philippearzur.fr