Games
Previous
ALEATOIRE
Galerie Pacific Rim
Next

Pacific Rim, Guillermo del Toro

par 4 octobre 2015
Guillermo del Toro

Guillermo del Toro

Guillermo del Toro est un réalisateur mexicain connu pour l’amour qu’il porte au fantastique. Sa filmographie n’est d’ailleurs composée que de films qui touchent à ce genre. Après avoir bouclé sa suite Hellboy 2 : Les Légions d’or maudites, il se pencha sur l’adaptation de la nouvelle Les Montagnes hallucinées de Lovecraft. Cependant, le projet est avorté. Il se tourne alors vers le scénariste Travis Beacham, lequel écrit un film sur des robots géants affrontant des monstres géants, Pacific Rim. Fortement intéressé, Guillermo accepte de le réaliser.

 

Galerie visuels Pacific Rim

Histoire

En 2013, un énorme monstre surgit de nulle part et vint attaquer la ville de San Francisco, faisant d’innombrables pertes civiles et militaires. Une fois le choc passé et la menace éliminée, le monde pensait pouvoir reprendre le cours normal de la vie. Jusqu’à ce qu’un deuxième, puis un troisième, puis encore un quatrième monstre apparaissent et détruisent tout sur son passage. Les créatures – appelées « Kaiju » – s’enchaînaient les unes à la suite des autres, toujours plus grosses et plus puissantes. Comprenant que cela ne s’arrêterait jamais, les nations du monde unissent leurs ressources pour créer une arme afin de contrer les Kaiju. Le programme Jaeger était né : de gigantesques robots, contrôlés par une poignée de pilotes et conçus pour affronter la menace. Pour les diriger, ces derniers doivent connecter leurs esprits, opération appelée « dérive ». À partir de ce moment-là, le monde reprit espoir. Tous les Kaiju qui sortaient d’une même brèche interdimensionnelle au fond de l’océan Pacifique étaient éliminés avant même d’atteindre les côtes.

Cependant, les monstres continuaient de sortir, de plus en plus souvent, et toujours plus destructeurs. Les Jaeger commencèrent à être insuffisants, se faisant tour à tour démolir. En 2025, les Forces-Unies décrètent que le programme Jaeger est un échec et rassemblent leurs dernières ressources pour construire un immense mur tout autour de l’Océan Pacifique. Le Commandant Pentecost décide alors de réunir les quatre derniers Jaeger pour tenter d’envoyer une bombe atomique dans la brèche et ainsi la refermer. Pour cela, il doit trouver deux nouveaux pilotes pour l’un des Jaeger. Il engage Raleigh Becket, un pilote qui s’était auparavant retiré des combats. Ce dernier accepte de revenir et passe des tests afin de savoir quel pourrait être le meilleur copilote. Finalement, c’est Mako Mori, la protégée de Pentecost, qui s’avère choisie.

Pendant ce temps, l’un des deux scientifiques engagés pour travailler sur les créatures, Newton Geisler, utilise la dérive pour entrer en connexion avec un cerveau de Kaiju récupéré lors d’un combat. Il découvre que ces monstres viennent pour exterminer les humains et prendre le contrôle de la Terre. Pentecost lui ordonne alors de poursuivre les recherches sur cette voie. Newton se rend donc sur le marché noir pour rencontrer Hannibal Chow, un trafiquant d’organes de Kaiju. Ce dernier lui permet d’avoir accès à un plus gros cerveau de Kaiju pour la dérive. Avec son collègue le docteur Hermann Gottlieb, Newton entre en connexion avec ce cerveau et font ensemble une terrible découverte. Ils apprennent que la brèche est comme un gros scanner qui ne laisse passer que des objets possédant un code-barre spécifique. Lors de l’assaut final contre la brèche, les Jaeger envoyés sont accueillis par plusieurs Kaiju. Lors de la confrontation finale, ils perdent la bombe atomique destinée à détruire le portail interdimensionnel. À court de solutions, Raleigh et Mako décident alors de sacrifier leur Jaeger, lequel est alimenté par une mini centrale nucléaire. Ils le font donc tomber dans la brèche, entraînant dans leur chute un Kaiju et son code-barre indispensable à la traversée de celle-ci. Leur Jaeger explose et la brèche se referme, sauvant ainsi le monde.

Lecture

Ce qu’il faut d’emblée comprendre, c’est qu’avec ce film, Guillermo del Toro et son coscénariste Travis Beacham n’ont nullement désiré écrire un scénario dense et développé. Cela n’a jamais été l’intention du réalisateur. Le dessein avoué de ce long-métrage réside davantage dans l’idée de réaliser un blockbuster dantesque prenant un malin plaisir à exagérer les codes du genre. C’est pourquoi le scénario s’avère très mince, une fois n’est pas coutume par ailleurs concernant les traditionnels blockbusters… L’exagération est le maître mot de Pacific Rim et se retrouve à tous les étages de la production. Dans l’écriture bien sûr, mais aussi dans la mise en scène. Les faiblesses scénaristiques que d’aucuns ne manqueront pas de reprocher s’avèrent ainsi parfaitement assumées !

Ainsi en est-il des personnages. Parmi les protagonistes, on ne manque pas de retrouver les incontournables clichés du genre, comme en témoignent un beau héros, fort et musclé, une non moins belle partenaire, intelligente mais timide, un commandant imposant et autoritaire et deux scientifiques, premiers de la classe, incompris et forcément asociaux. Sans omettre in fine un trafiquant arrogant et grossier. Une caricature au final des plus manifestes, participant comme il se doit à cette exagération mentionnée précédemment. Le réalisateur s’est même permis le luxe de faire porter des chaussures recouvertes d’or au trafiquant, histoire d’enfoncer le clou ! Concernant les acteurs, leur performance est honnête, mettant bien en jeu leur personnage. Guillermo del Toro veut ainsi faire de son film le blockbuster ultime où le plus important ne concerne ni le scénario ni les personnages, mais bien les scènes d’action, lesquelles sont absolument titanesques. Réalisateur et scénariste étoffent tout de même leur récit en inventant le programme Jaeger (deux pilotes par robot) et en apportant l’idée d’un marché noir pour les organes de Kaiju. Ce sont certes là des détails, mais ces derniers traduisent néanmoins une certaine volonté d’apporter une valeur ajoutée au tableau.

Au travers de ce blockbuster, le réalisateur de Hellboy a souhaité rendre un brillant hommage à tous ces films de monstres qu’il vénère tant, en s’inspirant du folklore moderne japonais. On pense notamment à la série des Godzilla dont les Japonais sont si entichés ou encore aux séries animées de mécha asiatiques Goldorak et Evangelion. Del Toro revendique ce même attachement, lequel s’en ressent à l’écran. Monstres et robots sont magnifiés, voire déifiés devant la caméra, notamment par l’usage des nombreuses contre-plongées qui ne manquent pas de rendre ces protagonistes encore plus impressionnants. Ou encore au travers des gros plans qui nous permettent de constater ce souci du détail apporté dans l’anatomie de ces derniers. Visiblement, del Toro s’amuse comme un gosse avec ses jouets. Et il ne souhaite qu’une seule chose : nous faire partager ce plaisir régressif en mettant en scène des séquences d’affrontement gigantesques aux effets spéciaux irréprochables, séquences portées par une bande originale de Ramin Djawadi non moins épique. Du grand spectacle !

Pacific Rim ne saurait donc se réduire à un simple blockbuster. Guillermo del Toro s’est frotté au genre avec l’intention affichée d’en exagérer les codes. Si le scénario paraît faible et les personnages stéréotypés, c’est pour mieux concentrer ses efforts sur les scènes de combats, nous dispensant de la sorte un pur régal visuel. Le cinéaste mexicain a tout mis en œuvre pour nous offrir un film très spectaculaire et qui ne manque pas d’envoyer au tapis un bon nombre d’autres adversaires. Pacific Rim s’avère de ce point de vue une entreprise fort réussie, pour notre plus grand plaisir !

 

Sites internet

Sites Éditeurs et Distributeur
Site Pacific Rim Warner Bros (En)
Site Warner Bros
Site Pacific Rim Legendary Pictures (En)
Site Legendary Pictures (En)

Sites Film
Wikipedia Pacific Rim
Allocine Pacific Rim
Capture Mag Entretien Guillermo del Toro
Facebook Pacific Rim
Twitter Pacific Rim 

Sites Réalisateur
Wikipedia Guillermo del Toro
Deltorofilms The Official Fansite of Guillermo del Toro (En)
Facebook Guillermo del Toro
Facebook France Guillermo del Toro
Twitter Guillermo del Toro

Site Rédacteur
SensCritique Chuck Carrey

 

Bande-annonce du film

 

Notes
Notes du rédacteur
Notes des fictionautes
Votre évaluation
Scénario
8.0
5.7
Réalisation
8.5
7.5
Interprétation
7.5
6.7
8.0
Notes du rédacteur
6.6
Notes des fictionautes
6 votes
Vous avez voté
Votre avis sur la critique
Énooorme !
20%
Bonnard
60%
Gentillet
20%
Fadasse
0%
Affligeant !
0%
ARZUR FREELANCE
Commentaire(s)
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Scénario
Réalisation
Interprétation

ARZUR création web et print www.philippearzur.fr