Oblivion • Bethesda Game Studios
Previous
ALEATOIRE
L’Écran Fantastique – Hors-Séries
Next
illustration Principale Little Nemo in Slumberland
Illustrateurs

Little Nemo in Slumberland

par Margot Le Saëc2 décembre 2015
 Winsor McCay

Winsor McCay

Little Nemo in Slumberland figure assurément parmi les œuvres les plus visionnaires des débuts de la bande dessinée américaine. La série culte de Winsor McCay débute par une parution hebdomadaire dans le New York Herald en 1905 avant de paraître six années plus tard dans le New York American sous le titre de Little Nemo in the Land of Wonderful dreams pour prendre fin en 1914. Cette œuvre rocambolesque nous plonge dans un univers onirique sans limites, Slumberland, vaste royaume des rêves, peuplé d’êtres étranges et fabuleux. Un royaume défiant les lois de la gravité et laissant place aux délires visuels les plus fous. Dans son sommeil, un petit garçon – Nemo – s’aventure au cœur de ces contrées merveilleuses, faisant la rencontre de personnages extraordinaires et vivant des situations inimaginables où la démesure le dispute à la folie. Chaque nuit, l’enfant est appelé à rejoindre ce territoire inconnu, mais à chaque aventure ce dernier finit par se réveiller en sursaut ou en tombant du lit.

Fortement inspirées par l’art nouveau, les planches abondamment illustrées sont d’une richesse graphique incomparable. Loin des cases sagement alignées, celles de Winsor McCay offrent un très grand format où le talent de l’artiste peut librement s’exprimer. La finesse du trait et l’éclatante mise en couleur, combinées à une composition graphique richement illustrée, font de chaque planche un véritable chef-d’œuvre. Perspectives folles, montgolfières, fusées artificielles, rampes d’escalier sans fin… l’imaginaire mis en place est avant tout un espace, un land Slumberland – lequel s’avère être la plupart du temps sens dessus dessous. L’espace figuré décline toute une myriade de lieux plus débridés les uns que les autres : des mégalopoles tentaculaires aux déserts rocailleux, en passant par une série de palais de glace, de forêts luxuriantes et de contrées en tout genre. Autant de territoires fantasques qui s’originent dans le royaume du roi Morphée. Usant tantôt d’effets photographiques et filmographiques (plongée, contre-plongée, zoom, travelling), tantôt de déformations diverses, Winsor McCay apparaît indiscutablement comme l’un des précurseurs de l’animation. Son graphisme, sa mise en couleurs, sa maîtrise de la perspective et son découpage des planches en séquences complexes témoignent en ce sens. Little Nemo in Slumberland peut qui plus est s’enorgueillir d’être la première bande dessinée faisant usage d’un traitement feuilletonesque.

Illustrateurs
Votre avis sur la critique
Énooorme !
38%
Bonnard
63%
Gentillet
0%
Fadasse
0%
Affligeant !
0%
ARZUR FREELANCE
2Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

ARZUR création web et print www.philippearzur.fr