Histoire illustrée de l’horreur, Stephen Jones, Éditions Le Pré aux Clercs
Previous
ALEATOIRE
L’enfer, c’est l’avenir - Philippe Curval
Next
Le Point Logo

Le Point

par Frank Brénugat29 décembre 2015
Informations

 

Ligne éditoriale

Fondé en 1972 par une équipe de journalistes ayant quitté une année plus tôt la rédaction en chef de L’Express, Le Point est un hebdomadaire d’information générale ouvrant son sommaire à toutes les opinions politiques. À ses origines, le titre prétend renouveler le genre de l’hebdomadaire d’information en prenant pour modèles Newsweek ou encore Time. Trois années suffisent pour atteindre l’équilibre financier, avant de dégager une confortable marge bénéficiaire. Le Point dépasse aujourd’hui les quelque 400 000 exemplaires et paraît en kiosque tous les jeudis. Il est la propriété depuis 1997 de l’homme d’affaire François Pinault, PDG de la holding Artémis et réputé proche de Jacques Chirac. « Vérité. Irrévérence. Non-conformisme. Indépendance. » : telles sont les valeurs défendues et affichées par le titre sur sa page Facebook. Son obédience éditoriale est communément reconnue comme étant de nature conservatrice et libérale. Indépendamment des sorties hebdomadaires, le titre s’est lancé – à l’instar de ses confrères – dans toute une gamme de hors-séries, dont certains intéressent directement nos domaines. L’ensemble des supports concernant l’imaginaire voit ainsi matière à s’exprimer dans les colonnes du titre, que ce soit la littérature, la bande dessinée ou encore le cinéma. Le format des hors-séries (21,5 x 27,5) offre de réelles possibilités pour une mise en pages des plus agréables, privilégiant un équilibre bien senti entre texte et iconographie. La qualité rédactionnelle est à l’avenant, le titre ne manquant jamais par ailleurs d’inviter dans ses colonnes des acteurs clés ayant trait aux thématiques concernées. Les approches sont souvent pluridisciplinaires, abordant le thème autant sous l’angle de l’histoire, de la philosophie, de l’art que de l’économie ou de la sociologie. Les hors-séries Le Point offrent ainsi au lectorat une matière des plus solides, avantageusement épaulée par une maquette des plus modernes. Une bien belle équation in fine, pour une tarification des plus honnêtes qui plus est.

 

Sites internet

• Le Point
• La boutique Le Point Hors-série
• Facebook Le Point
• Twitter Le Point
• Linkedin Le Point

 

Hors-Séries

Les personnages du côté obscur de la Force

La mécanique du mal – L’Étoile noire : superstar nucléaire : « Elle est l’un des symboles majeurs de toute la saga. Lune de métal capable d’annihiler une planète, l’étoile mortifère fascine encore aujourd’hui l’imaginaire, et porte, en son sein, une violente critique des armes de destruction massive. » Article signé Philippe Guedj.

Dark Vador : L’astre du désastre : « Il était le méchant le plus réussi de l’histoire du cinéma, l’incarnation du Mal absolu. Et puis soudain, George Lucas en a fait le héros de sa saga. Sans doute parce qu’il n’y a pas de meilleure tragédie que celle, éternelle, de l’ange déchu. » Article signé Gilles Vervisch.

L’empereur : la machiavel de l’espace : « Incarnation essentialisée du Mal dans la première trilogie, Dark Sidious s’est humanisé dans la seconde pour servir à Lucas de métaphore politique. Un régal pour les historiens mais une erreur aux yeux des fidèles de la première heure. » Article signé Philippe Guedj.

Dark Maul : zabrak-adabra ! : « Maquillé comme un camion volé, le plus méchant des méchants de la saga est-il un redoutable prédateur ou uniquement le pantin de son maître, Dark Sidious ? » Article signé Julie Malaure.

Boba Fett : l’homme qui tire plus vite que son clone : « Face au bon cow-boy de l’espace Han Solo, le chasseur de primes n’est pas forcément la brute de l’histoire. Il est bien trop sophistiqué pour cela… » Article signé Gilles Vervisch.

Stromtroopers : chair à canon-laser : « Les stormtroopers, malgré leur armure d’un blanc éclatant, sont des hommes de l’ombre. Plus précisément des humains et des clones au rôle certes secondaire mais des emblèmes de la saga. » Article signé Stéphanie Condis.

Jabba Le Hutt : le Don Corleone lubrique : « Parrain gastéropode, icône de l’obésité malmenée par notre époque hygiéniste comme par son propre créateur puritain, le sybarite et mafieux Jabba a pourtant des admirateurs… » Article signé Thomas Malher.

Comte Dooku : dandy et triple traître : « Âme noire mais allure aristocratique, Jedi renégat, fossoyeur d’une République corrompue, seigneur sith sur le tard… Quelle est la vraie identité de ce gentleman truand à qui Sir Christopher Lee, l’inoubliable interprète d’un autre Comte D., prête ses nobles traits ? » Article signé Romain Brethes.

Les monstres : l’imagination au pouvoir : « Star Wars grouille de créatures étranges. Mais seules certaines peuvent prétendre au rang d’authentiques monstres. » Article signé Sophie Pujas.

John Williams : la chevauchée galactique : « Il est l’architecte musical de la saga, le Richard Wagner des étoiles, celui qui a offert un hymne définitif à toute une génération éprise d’imaginaire. Voyage dans la galaxie d’un des derniers géants de la musique de film. » Article signé Philippe Guedj.

Le grand gourou du numérique : « En 1977, la réalisation de Star Wars a ouvert les yeux du jeune George Lucas sur la technologie du cinéma, ses avancées, ses besoins et ses possibilités d’évolution. Depuis, il n’a pas cessé d’en repousser les limites au point d’en changer, à jamais, la production et l’exploitation cinématographique mondiale. » Article signé Patrice Girod.

Les personnages du côté lumineux de la Force

Star Wars ne meurt jamais : « On pensait nos Jedi destinés à vieillir noblement au panthéon des grandes légendes. Les revoici à l’affiche d’au moins trois nouveaux films d’ici à 2019 ! Nostalgie, sans doute, opportunisme, peut-être. Mais si c’était surtout une question de salut public ? » Article signé Phalène de La Valette.

Contes de tous les pays, unissez-vous ! : « L’Iliade, le taoïsme, Freud et le couple Éros et Thanatos, un peu de bouddhisme… Et si Star Wars était la plus formidable boîte à mythes qu’on ait jamais ouverte ? » Article signé Roger-Pol Droit.

Les deux côtés de la Force : « À l’origine, le monde est le fruit de ce que Lucrèce, au Ier siècle, appelait l’"élan vital" ou "la Force". Au fil de l’histoire, le christianisme, les lumières, l’individualisme, jusqu’aux enjeux politiques actuels se sont confrontés aux notions de Bien et de Mal. » Article signé Robert Muchembled.

Luke Skywalker : Le Perceval de la génération X : « Archétype parfait du héros éternel des mythes et des contes tel que l’a défini l’anthropologue Joseph Campbell, Luke Skywalker est aussi un anti-héros bien de son temps. Explications. » Article signé Thomas Mahler.

Yoda : Le philosophe qui secoue la galaxie : « La petite créature est devenue, au même titre que Dark Vador, l’icône de Star Wars. Mais que vaut réellement son enseignement ? Retour sur une figure ambiguë de maître à penser. » Article signé Romain Brethes.

Han solo : Le pistolero galactique : « Pas de héros sans compagnon d’aventure. Mille-feuille d’influences principalement tirées du western, le cow-boy de l’espace inventé par Lucas fut un élément déterminant dans la popularité universelle de Star Wars. » Article signé Philippe Guedj.

Chewbacca : La force du poil : « Chien fidèle façon Milou ou "sidekick" à la Starsky et Hutch. À la frontière de l’homme et de la bête, l’inséparable complice de Han Solo réveille tous les fantasmes de créatures hybrides. Mais pourrait bien recéler des profondeurs cachées… » Article signé Sophie Pujas.

Leia Organa : La pucelle d’Alderaan : « Princesse ou guérillera ? Elle vaut tellement mieux que sa paire de chignons ! Plus perspicace que Luke, plus avisé que Han, Leia est sans doute le personnage le plus complexe de la saga (papa excepté). » Article signé Phalène de La Valette.

Padmé Amidala : La politicienne sentimentale : « Élue reine puis sénatrice de Naboo, la jeune Padmé reste mystérieuse. Sa courte existence, très intense, fait d’elle un modèle d’héroïne tragique. Grand amour d’Anakin, puis mère de Luke et Leia, elle incarne aussi une certaine vision de la politique. » Article signé Stéphanie Condis.

R2-D2 et C-3PO : L’attaque des clowns : « Le duo comique formé par les robots n’est pas juste un produit dérivé pour faire rire et rêver les gosses. C’est le fil conducteur des trois trilogies. Démonstration. » Article signé Jérémy André.

George Lucas, l’homme derrière le monstre : « Il a engendré la plus juteuse des franchises mais continue de se considérer comme un cinéaste indépendant et expérimental. Portrait du père de Star Wars, artiste et businessman. » Article signé Patrice Girod.

Star Wars, patrimoine mondial de l’humanité : « De la Maison-Blanche à la cour de récré, de la génération X à la génération Y, jamais fiction n’aura autant imprégné la culture populaire. Au-delà des héros et des mythes, voici pourquoi Star Wars est devenu le phénomène de société par excellence. » Article signé Phalène de La Valette.

 

Votre avis sur la critique
Énooorme !
50%
Bonnard
0%
Gentillet
0%
Fadasse
0%
Affligeant !
50%
ARZUR FREELANCE
Frank Brénugat
Diplômé d’un Master en philosophie, Frank Brénugat a été enseignant en Formation Humaine et Sociale dans les écoles ENSETA Bretagne (École Nationale Supérieure de Techniques Avancées) et ISEN Brest (Institut Supérieur de l’Électronique et du Numérique). Il enseigne actuellement la philosophie dans l’établissement brestois du groupe scolaire Javouhey. Ancien Directeur de la rédaction du magazineParallèles, il se passionne pour les contrées associées aux domaines de l’imaginaire et voue un amour sans bornes à l’égard des voyages.
Commentaire(s)
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

ARZUR création web et print www.philippearzur.fr