Rencontre avec Michal Ajvaz
Previous
ALEATOIRE
Rencontre avec Marc Boulay
Next
Illustration principale demain les animaux du futur
Beaux Livres

Demain les animaux du futur, Marc Boulay et Sébastien Steyer, Éditions Belin

par 10 avril 2016

 

Les éditions Belin, bien connues de nos chères têtes blondes et de nos moins chers professeurs attitrés, ont l’heureuse initiative de publier un OLNI – Objet Littéraire Non Identifié – pour le moins surprenant. Le paléoartiste Marc Boulay et le paléontologue Sébastien Steyer se sont associés en effet pour nous offrir un étonnant et fascinant voyage entre biologie spéculative et création imaginaire. Demain les animaux du futur relève, dixit les intéressés, non point d’un ouvrage de science-fiction au sens usuel du terme, mais de « fiction-science » dans lequel ils imaginent le plus scientifiquement possible, en fonction des données actuelles, ce que pourrait être notre biotope dans 10 millions d’années. Fascinant !

Rencontre avec Marc Boulay
Rencontre avec Sébastien Steyer
Chronique de l’ouvrage Combien de doigts a un extraterrestre ? 

 

Demain les animaux du futur
© Marc Boulay et Sébastien Steyer – © Éditions Belin, 2015

.

Thématique

Nous voilà projetés dans dix millions d’années, sur cette même Terre. Une Terre qui n’aura pas manqué de voir moult changements s’orchestrer en son sein. Notamment sur le plan de la biodiversité. Changement climatique oblige, de nombreuses formes de vie telles que nous les connaissons aujourd’hui auront disparu au profit de nouvelles, théorie de l’évolution oblige. Dans cette évolution, point de trace de l’homme, ce dernier ayant pour alors fait partie des espèces disparues, pour des raisons qui peuvent s’avérer inutiles de préciser ici – eu égard probablement à notre remarquable aptitude au suicide collectif en cette orée du troisième millénaire…

Nous découvrons dans cet ouvrage un bestiaire des plus étranges dont les mises en forme reposent sur le travail du sculpteur animalier Marc Boulay et du paléontologue Sébastien Steyer, lesquels travaillent ensemble depuis un temps quasi antédiluvien déjà. Demain les animaux du futur laisse une place prépondérante à l’imagination et n’a pas pour vocation première de prétendre à une quelconque prédiction. Il s’agit davantage d’une performance stylistique, reposant toutefois sur des données scientifiques actuelles précises afin de produire les formes les plus cohérentes et plausibles possibles. Les écosystèmes et réseaux trophiques s’inscrivent donc dans une démarche rationnelle et donnent à voir des formes animalières naturellement fort différentes de nos modèles actuels.

Le premier chapitre est réservé aux océans du futur, lesquels s’avèrent d’une richesse insoupçonnée, dont les modèles apparentés aux espèces actuelles bénéficient des formes et stratégies adaptatives propres à leur nouvel environnement. Le deuxième chapitre nous entraîne dans les mangroves du futur où les rencontres avec des chauves-souris géantes ou des oursins-tueurs d’un mètre de diamètre ne sont pas sans danger… Le troisième chapitre nous ramène sur la terre ferme où les oiseaux géants semblent avoir conquis tout l’espace, ces derniers ayant pour alors peu de prédateurs, tandis que de gigantesques scolopendres découvrent les joies du vol plané. Le tout dernier chapitre, court et didactique, nous renvoie sur nos bancs d’école, en nous proposant de revenir sur les mécanismes de déplacements des plaques tectoniques devant survenir dans ce futur et sur les connaissances actuelles des modèles climatologiques ayant justifié les choix évolutionnistes orchestrés par les auteurs.

Lecture

Marc Boulay est sculpteur anatomiste. Depuis une vingtaine d’années, il s’emploie comme paléoartiste numérique à la reconstitution de dinosaures et autres familiers du genre. Ses œuvres hyperréalistes sont visibles dans différents musées et institutions ainsi que dans certains films et documents-fiction ayant trait au thème. Quant au second comparse, il s’agit du paléontologue Sébastien Steyer, chercheur au CNRS et conseiller technique du premier. « Un des objectifs de la paléontologie vise à redonner vie aux espèces disparues, et souvent à partir de fossiles fragmentaires. Si l’anatomie comparée demeure la pierre angulaire de ce travail de reconstitution, des collaborations entre artistes et scientifiques s’imposent » déclare Sébastien dans le numéro 80 de la revue Bifrost. Souhaitant orchestrer ses propres espèces du futur via la biologie spéculative, l’artiste Marc sollicite notre paléontologue et de cette rencontre est né Demain les animaux du futur, fruit d’une dizaine d’années de collaboration entre nos compères. Si la biologie spéculative intéresse l’exobiologie spéculative – accentuée par la discipline de l’exobiologie – ou encore l’uchronie biologique – évolutions parallèles à la nôtre – elle prend également toute son ampleur dans le cadre de l’évolution spéculative, raison d’être de cet ouvrage.

La construction de celui-ci propose un parfait équilibre entre dimension narrative et dimension visuelle. Pour la première, le lecteur effectue dès les premières lignes le grand saut au cœur d’une action qu’il ne quittera qu’au terme de son périple. Les territoires à visiter étant par nature inconnus, le voyageur sera plus d’une fois surpris, voire inquiété à l’entournure de tel paysage ou de telle rencontre. Ce long voyage au travers de contrées habitées et parfois hostiles plonge ainsi le lecteur aux premières loges d’une aventure dont il est le témoin privilégié. Le choix narratif du pronom de la première personne du pluriel s’accorde parfaitement bien à l’objet de l’ouvrage, renforçant cette sensation d’immersion. Cette dimension narrative se combine habilement avec un schéma descriptif des espèces rencontrées, sans jamais réfréner la fluidité de l’action par une approche didactique pesante. La lecture de l’ensemble ramènera certains lecteurs à ces souvenirs de jeunesse qu’étaient les « livres dont vous êtes le héros » où l’aventurier-lecteur découvrait moult péripéties en une pagination bien ramassée. Ces voyages vers des horizons fort lointains ne sont pas sans rappeler également d’autres voyages plus proches de nous et signés Jules Verne ceux-là. On connaît pire parrainage… Concernant la dimension visuelle, l’ouvrage donne à voir de nombreuses espèces rencontrées au cours de cette traversée. Les choix visuels orchestrés sont superbes, riches, variés et superbement reproduits par une palette colorimétrique foisonnante de détails. Que dire du travail des auteurs sur cette esthétique si ce n’est qu’elle s’avère tout bonnement superbe, nous invitant irrésistiblement à une exploration sans fin dans les abîmes presque insondables du futur ? Autre point des plus judicieux également : la présence d’une fiche signalétique pour la plupart des espèces, informations indispensables pour le lecteur plus avisé. Chacune des fiches comprend les entrées suivantes : Systématique, Étymologie, Cousin du XXIe siècle, Taille, Répartition, Morphologie et physiologie et Écologie et diversité. Signalons in fine que nos deux démiurges du futur rendent un bien bel hommage à quelques noms bien connus de nos territoires de prédilection en affublant certaines espèces de patronymes fort éloquents au regard de tel ou tel spécimen, comme en témoigne les Neocidaris schwarzenheggeri, Neophorbia wellsi, Nosferapoda kinskii et autres Necropteryx gigeri et Struthiops philipkdicki… Ah ces grands enfants…

Demain les animaux du futur est incontestablement une réussite qui ravira autant les amateurs et professionnels de la question évolutionniste que les amoureux d’imaginaire et de belles images. Un texte fluide, dynamique et servi par une iconographie de premier choix caractérise ce titre. Un ouvrage à la composition savamment étudiée et hautement recommandable s’il en est. Nous ne pouvons néanmoins que déplorer une maquette qui ne donne pas toute la mesure et la justesse du travail de nos deux compères. Non point que la maquette soit de mauvaise facture – elle s’avère en réalité fort bien conçue –, mais on se sent parfois comme un voyageur s’étant acquitté d’un billet en seconde classe – un tantinet à l’étroit donc – et l’on aurait aimé pouvoir bénéficier d’un titre en première… Mais notons bien que les éditions Belin n’ont pas pour vocation initiale d’offrir à leurs lecteurs un art book, mais bien un ouvrage à dimension pédagogique. Mesdames, messieurs les éditeurs : un tirage grand format dans un futur pas trop lointain avant extinction – prédictible ou non – du livre traditionnel serait des plus salutaires… Pour une prochaine édition ? D’ici-là, place au voyage, lequel commence au cœur du futur Atlantique Sud, renommé pour l’occasion « mer de Russel » : « Autour de nous, l’horizon s’étend à perte de vue. En surface, tout est calme : mer plate, ciel bleu. N’est-ce pas le lieu et le moment idéal pour une petite plongée ? »…

 

Sommaire

Chapitre 1 : Les océans du futur
Chapitre 2 : La mangrove infinie
Chapitre 3 : Un nouveau continent
Chapitre 4 : Le futur, mode d’emploi

 

Sites internet

Sites Éditeur
Demain, les animaux du futur Éditions Belin
Éditions Belin
Facebook Demain, les animaux du futur Éditions Belin
Twitter Demain, les animaux du futur Éditions Belin
• Facebook Éditions Belin
• Twitter Éditions Belin
• Wikipedia Éditions Belin
• lesanimauxdufutur

 

Sites Auteurs

Marc Boulay
Marc Boulay
Facebook Marc Boulay
Twitter Marc Boulay
Google+ Marc Boulay
Youtube Marc Boulay
Linkedin Marc Boulay
Blogspot Marc Boulay

Sébastien Steyer
Sébastien Steyer (En)
Facebook Sébastien Steyer

Notes
Notes du rédacteur
Notes des fictionautes
Votre évaluation
Richesse iconographique
9.0
8.6
Contenu éditorial
8.0
8.2
Maquette
7.0
8.1
8.0
Notes du rédacteur
8.3
Notes des fictionautes
11 votes
Vous avez voté
Votre avis sur la critique
Énooorme !
80%
Bonnard
20%
Gentillet
0%
Fadasse
0%
Affligeant !
0%
ARZUR FREELANCE
Frank Brénugat
Diplômé d’un Master en philosophie, Frank Brénugat a été enseignant en Formation Humaine et Sociale dans les écoles ENSETA Bretagne (École Nationale Supérieure de Techniques Avancées) et ISEN Brest (Institut Supérieur de l’Électronique et du Numérique). Il enseigne actuellement la philosophie dans l’établissement brestois du groupe scolaire Javouhey. Ancien Directeur de la rédaction du magazineParallèles, il se passionne pour les contrées associées aux domaines de l’imaginaire et voue un amour sans bornes à l’égard des voyages.
Commentaire(s)
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Richesse iconographique
Contenu éditorial
Maquette

ARZUR création web et print www.philippearzur.fr